Développement-personnel June 24, 2019

Comment gérer votre énergie

Éviter un épuisement émotionnel sur le lieu de travail

De nombreuses personnes ont été surprises par l’annonce de son départ. Elle a toujours aimé ce qu’elle faisait et s’est donnée à 100 %. C’était une personne engagée, déterminée, passionnée et hautement performante, sur laquelle on pouvait toujours compter. Alors que lui est-il arrivé ? Pourquoi cette fin aussi brutale ? Elle m’a dit qu’elle était épuisée et qu’elle ne se sentait plus concernée. Elle avait mentalement abandonné et voulait partir.

Peu importe à quel point vous aimez votre travail, nous savons tous que les choses deviennent parfois trop lourdes. Nous pourrions rejeter la faute sur notre charge de travail, l’organisation ou les circonstances. Mais si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous devons admettre que notre comportement et les choix que nous avons faits nous ont aussi menés là où nous nous trouvons, malgré nos meilleures intentions.

Comment pouvons-nous rester positifs et dynamiques à long terme ? De quelles stratégies disposons-nous pour gérer notre énergie et éviter de nous perdre nous-mêmes ?

Voici quelques commentaires personnels des consultants Krauthammer :

Coralie Krumpholtz, Training Consultant, Allemagne :

« Je ne peux m’investir à 100 % dans mon travail que si je suis en bonne santé, heureuse et pleine d’énergie. Par conséquent, je suis très disciplinée pour gérer mon temps en faisant du sport, en consacrant du temps à mes proches et en pratiquant la méditation, même lorsque mon agenda est bien rempli. Je me demande toujours : « est-ce mon travail ou est-ce que je perds mon temps avec des choses relevant de la responsabilité d’autres personnes et que je pourrais faire bien plus rapidement ? » Le soir, je planifie ma journée et je m’assure de prévoir un créneau pour méditer (en me levant 20 minutes plus tôt par exemple ou en méditant dans l’avion/le train). Je sais que ces 20 minutes me donneront plus d’énergie que 20 minutes passées à dormir ou à consulter mon téléphone, c’est donc facile pour moi de me dégager ce temps. »

Juan Campoo, Training Consultant, Pays-Bas :

« La conscience et la connaissance de soi sont importantes. Si vous savez ce qui est à l’origine de votre épuisement émotionnel, vous pouvez alors prendre des mesures proactives pour éviter ou surmonter ces situations. Soyez également conscient des choses spécifiques que vous faites lorsque vous êtes épuisé. Demandez à vos proches d’en avoir conscience aussi et de vous prévenir lorsque vous présentez ces signes, car, après tout, vous ne pouvez pas combattre un ennemi invisible. Enfin, ces signes vous montreront vos limites ou indiqueront lorsque certaines compétences vous font défaut. Développez vos compétences : apprenez à dire « non », fixez des limites, demandez un soutien, déléguez et collaborez. Personnellement, je veille à équilibrer des périodes d’activité et d’inactivité (ce qui ne veut pas dire regarder Netflix sur mon smartphone…) pendant la semaine et durant la journée pour rester plus résilient. »

Dorinda Dekker, Conseillère en programmes inter-entreprises, Pays-Bas :

« Hautes performances et délais sont monnaie courante aujourd’hui. Durant des moments sous pression, j’ai appris à m’écouter attentivement et à détecter certains signes, comme le fait d’être facilement fatiguée, énervée ou bousculée. J’agis en conséquence en prenant du recul, en essayant de voir les choses sous différents points de vue et en impliquant d’autres personnes si nécessaire. Je suis convaincue que le stress et les défis fournissent également de l’énergie et une stimulation pour réaliser ou changer certaines choses. Pour gérer mon énergie et offrir des performances optimales sur le long terme, je garde cette citation à l’esprit : « Vous ne pouvez accélérer que si vous êtes capable de ralentir ». C’est la raison pour laquelle je profite régulièrement d’une courte pause, d’une tasse de thé ou d’une discussion sympathique avec un collègue ! »

Sebastian Kanthak, Training Consultant, Allemagne :

« J’essaie d’être le plus possible dans l’instant présent et j’ai une formule pour cela : « Là où je suis, c’est là où je veux être. » Mon niveau d’énergie est à son maximum lorsque je fais un peu d’exercice tous les jours et que je me concentre sur les aspects positifs de l’instant présent. Conseil rapide : asseyez-vous là où vous êtes, inspirez, puis expirez et comptez votre respiration 10 fois. »

Sam Richardson, Training Consultant, États-Unis :

« Je dois tout d’abord identifier la cause de mon épuisement émotionnel. Dans un second temps, je prends des mesures préparatoires pour éviter de tomber dans ces pièges. Si je succombe, je me remémore certaines expériences passées pour éliminer toute l’angoisse que je peux ressentir. Pour moi, c’est un véritable état d’esprit.
Je gère mon énergie en veillant à garder un régime alimentaire sain, en accordant la priorité à un entraînement physique régulier, et enfin, je travaille à un rythme permettant d’optimiser les activités planifiées pour la journée. Je fais confiance aux personnes qui m’entourent pour effectuer une tâche donnée et à ma capacité d’adaptation en toutes circonstances. Je me rappelle également que je ne réalise pas une chirurgie du cerveau. »

Philippe Chapel, Training Consultant, Belgique :

« J’aime ce que je fais et dès qu’il s’agit de se mettre au défi, je me concentre sur les raisons pour lesquelles j’aime ça. J’ai appris à vivre dans l’instant présent et à rester connecté à des images précises de ce que je souhaite concrétiser. Je prends la vie comme elle vient et je recherche toujours la beauté (parfois cachée) qu’elle recèle. Après une journée bien remplie, je prends entre 15 et 45 minutes pour discuter avec des gens qui me font rire. Quel que soit l’avancement d’une tâche, j’arrête de travailler à 19 h et je pratique des activités relaxantes/stimulantes, sauf si cette mission me passionne et que je souhaite la terminer. »

Ioannis Lagoudakis, Training Consultant, Grèce :

« J’ai des habitudes bien ancrées et j’ai recours aux rituels suivants afin de gérer une forte vague de stress :

• Démarrer lentement le matin : rester au lit 5 minutes à écouter la musique de Hans Zimmer ou Max Richter pendant que le café coule.
• M’assurer de prévoir 20 minutes pour déjeuner, avec mes collègues au bureau ou seul dans le parc voisin, sans le moindre appareil électronique autorisé à proximité.
• Avant d’aller me coucher, je sors mon journal : quels seront mes souvenirs de la journée ? Quelles sont trois choses pour lesquelles je suis reconnaissant ? »

Chacun de nous est différent et est motivé ou épuisé par diverses choses. Par conséquent, si vous respectez votre personnalité et si vous savez ce qui est bon pour vous, vous pouvez prendre des mesures pour consacrer plus de temps à ces activités durant votre journée. Il est également important de vous fixer des limites. Faites donc bon usage de votre temps, concentrez-vous sur vos priorités et accomplissez des choses qui ont du sens à vos yeux. Néanmoins, nous devons parfois tout simplement accepter le fait que nous avons tous nos défis à relever.

Nous sommes impatients d’avoir de vos nouvelles.

Si vous avez la moindre question sur l'un de nos services, nous vous mettrons en relation avec la personne qui pourra vous apporter plus d'informations.

Je souhaite continuer de lire les publications