Développement personnel March 06, 2019

Apprendre à dire « non »

Sept conseils pour savoir dire « non » au travail

Par Susanne Barth, Publications Manager 

Vous sentez-vous pris au piège du « oui » ? Avez-vous l’impression de devoir dire « oui » à chaque nouvelle opportunité afin de progresser ? Répondez-vous facilement « oui » à d’autres exigences ? Soyez prudent ! En répondant « oui » à tout, vous vous retrouvez à suivre les priorités des autres, au détriment des vôtres. Pourtant, même si nous savons que nous devrions parfois dire « non », nous répondons souvent « oui » sans penser aux conséquences. Pourquoi ne savons-nous pas dire « non » ? Avons-nous peur d’être impopulaires ? Voulons-nous jouer le rôle du super héros qui sait gérer tous les problèmes ? Plusieurs explications sont possibles, mais une chose est claire : si vous n’avez pas développé la capacité à prononcer le simple mot « non », cela vous nuira sur le long terme.

Voici sept conseils pour vous aider à promouvoir un « oui » intentionnel : 

1. Connaissez vos objectifs de développement

Familiarisez-vous avec vos objectifs professionnels et les compétences requises pour les atteindre. Connaître ses objectifs permet de déterminer quelles sont les nouvelles perspectives qui leur correspondent. Ainsi, vous serez capable de prendre de bonnes décisions et de saisir des opportunités de développement que vous auriez pu négliger.

2. Rompez avec l’habitude du « oui » trop facile

Résistez à l’automatisme du « oui ». Après tout, c’est vous qui devrez réaliser ce travail. Demandez-vous plutôt : « Est-ce que je souhaite vraiment le faire ? ». Rares sont les propositions ou invitations appelant une réponse immédiate. Au lieu d’acquiescer gaiement, dites : « Je vais y réfléchir ». Vous apprendrez ainsi à vous accorder un temps de réflexion avant de répondre, afin de déterminer si cette tâche est adaptée à votre charge de travail actuelle.

Si vous éprouvez vraiment du mal à dire « non », commencez par le faire vis-à-vis de choses moins significatives. Il peut s’agir par exemple d’une invitation qui ne vous enthousiasme guère, ou bien du choix d’un restaurant que vous n’appréciez pas. Ce faisant, vous deviendrez plus apte à décliner des propositions importantes dans le cadre professionnel.

3. Faites preuve de courage

Si vous avez l’habitude de dire « oui », il vous faudra une bonne dose de courage afin de dire « non ». Surtout lorsque le demandeur insiste et n’abandonne pas facilement. Vous pouvez craindre de décevoir l’autre ou de ne pas vous montrer à la hauteur de ses attentes. Vous pouvez aussi avoir peur de faire une mauvaise impression. Néanmoins, tel est peut-être le prix du contrôle de soi. Bien sûr, avant de décliner une requête, il faut toujours prendre soigneusement en considération les risques et les avantages, à la fois sur le plan personnel et professionnel.

4. Ne vous confondez pas en excuses

Les autres n’ont que faire de vos excuses. Il est donc inutile de vous justifier en passant en revue tout votre agenda. Soyez droit au but. Dites « non » à la demande, de façon claire, et offrez une brève explication. L’autre doit entendre un « non » clair, et non pas un « non, mais », susceptible de rouvrir la discussion. En allant droit au but, vous ferez gagner du temps aux deux parties et vous pourrez rester concentré sur vos tâches.

5. Cherchez une alternative

Tout en disant « non », tâchez d’aider la personne en demande. Quelles sont les autres options ? Comment pouvez-vous l’aider à mener à bien la requête ou le projet en question ? Peut-être un autre collègue serait-il disponible ? La situation pourrait-elle être résolue en collaborant avec une personne extérieure ? En évoquant les alternatives, vous montrez votre engagement et votre volonté de soutenir l’autre.

6. Dites non à la demande, mais pas à la personne

Faites bien comprendre à l’autre que vous rejetez sa demande, et non sa personne. En restant poli et amical, celui-ci ne se sentira pas rejeté. Par ailleurs, ne vous contentez pas d’écrire un e-mail. Communiquez directement avec la personne afin de renforcer votre relation.

7. Acceptez de manquer une opportunité

Certains d’entre nous ne disent jamais « non » de peur de manquer une opportunité. Dire « non » revient en effet toujours à en rejeter une. Et en réalité, il s’agit d’un compromis. Gardez à l’esprit qu’en disant « non », vous répondez « oui » à quelque chose de plus important. Vous faites seulement un choix.

Savoir dire « non » relève du domaine de la compétence. Pour certains, c’est naturel. Pour d’autres, cela requiert une pratique habituelle et consciencieuse. Nous avons tous des obligations que nous ne pouvons rejeter. Mais, dans les limites de ce qui est en votre pouvoir, vous devez vous assurer de travailler au niveau optimal. Respectez donc vos limites en disant « non », ce qui revient alors à dire « oui » à quelque chose ou quelqu’un de plus important, ainsi qu’à vous-même.

 

Comment prendre position  sans rejeter l’autre ?

1. Prenez acte
Je connais l’importance qu’a pour vous cette demande, et j’y ai mûrement réfléchi...

2. Allez droit au but
Ma décision est « NON »… car je dois me consacrer à un autre élément que j’estime plus important…

3. Accordez une place à sa réaction
Oui, je comprends votre ressenti…
Souhaitez-vous que je reformule mes raisons ?

4. Cherchez une alternative
Quelles sont les autres options ?
Comment puis-je vous aider à trouver une solution ?

Forbes: How to say no at work 

 

Nous sommes impatients d’avoir de vos nouvelles.

Si vous avez la moindre question sur l'un de nos services, nous vous mettrons en relation avec la personne qui pourra vous apporter plus d'informations.

Je souhaite continuer de lire les publications